Notre ami dantzari Iosu Marko Martikorena nous a quitté prématurément. Il a été le fondateur du groupe de danse Larratz, de Burlata. Pendant 46 ans, sa présence a été avec le groupe, chaque fois qu’il a été nécessaire.

Il est né à Tafalla, où il a maintenu sa connexion. Quand Iosu était très jeune, sa famille a déménagé à Burlata, une ville qui s’est développée à une vitesse vertigineuse dans les années soixante. Et il s’est jeté dans cette Burlata conflictuelle mais riche humainement et socialement. Enfant, il a participé activement au scout Flor Roja et plus tard au rocher Euskal Herría. Dans le même temps, à partir du groupe de montagne Beti Lagun, le groupe de danse Larratz a été créé, où leur participation a été décisive et essentielle, tant pour sa fondation que dans les moments les plus difficiles. Il était très fier de l’histoire du groupe et de ce que Larratz avait apporté à la vie sociale de Burlata.

Parler de Iosu, c’est parler de danses, mais c’est surtout parler de culture populaire, de la culture qui émane du peuple, de celle qui émerge dans les rues et sur les places, la plus proche du peuple. Cette proximité qui caractérisait Iosu, il l’a montrée avec sa bien-aimée Marga, avec sa famille, avec ses amis et avec la ville. Bien qu’il ait dû consacrer des heures à son travail de mécanicien de fraisage, il avait toujours du temps à passer avec des amis et à faire des choses à Burlata. Il n’a jamais simplement participé, il devait apporter quelque chose de plus, quelque chose de spécial, parce qu’il était spécial. Comme il était fier de la grande participation aux ateliers de danse Axular, où des centaines de personnes sont passées pour apprendre à danser, à interagir et à construire une ville meilleure. Une ville qu’il a photographiée avec son appareil photo. Et nous ne devons pas oublier ce qu’il a apprécié et apporté au groupe de montagne Haritz Berri, lié à San Blas, où il nous manquera beaucoup, pour ce qu’il a signifié pour tant de gens.

Nous garderons de beaux souvenirs de Iosu, en tant que dantzari, avec le tamboril accompagnant la comparsa ou partageant sa botte bordeaux lors d’excursions en montagne. Chacun aura son souvenir, mais ils seront tous agréables car c’est ainsi que je voyais la vie.

Iosu eta Marga
Iosu eta Marga

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Poster commentaire